Connexion

Nissan 350Z Roadster kit nismo de 2003


SON HISTOIRE

Le véritable précurseur de la 350Z est la Datsun 240Z de 1969. Sortie en 2003 pour remplacer la 300ZX. Lancé en Europe en 2003, le Nissan 350Z y a été accueilli avec enthousiasme. Après avoir triomphé aux Etats-Unis, où sa carrière avait débuté en 2002. Fer de lance de la marque nippone, ce modèle figure désormais parmi les vedettes des voitures de sport. En France, 450 exemplaires ont été réservés dès le lancement.


LE MODELE ESSAYÉ

Un beau Nissan 350Z Roadster de juillet 2003, phase 1 (appelé Fairlady Z), 74000 miles (118000 kms), volant à gauche, provenance Etats-Unis, homologuée France. Avec la particularité d'avoir un kit Nismo et une couleur blanc perle d'origine usine.
Moteur 3.5l V6 24s. 287ch à 6400 tours pour 370nm. 20cv fiscaux.
Boite 6 rapports manuelle, échappement inox ajouté.
Propulsion, moteur avant, 1635 kilos.

Coût d'occasion : 11500€ en 2019 lors de son achat.




ESTHETIQUE

Elle a un aspect général ... canon ... à tomber raide, surtout dans cette version blanc perle usine, roadster et kit Nismo ! Je l'ai vu ... je l'ai acheté ! Son toit culmine à 1.30m (ici rabaissée avec des amortisseurs SPAX). Elle parait assez large mais sans exagérer, elle fait 1.82m de largeur pour 4.32m de longueur. La couleur de celle-ci blanc perle (white pearl), fait scintiller des paillettes quand elle est en plein soleil. Du plus bel effet. Les sigles sont peints en noir, les poignées aussi, bas de caisses noirs, lame avant noire, capote noire. Les jantes 19 pouces ROTA DRIFT qui remplacent les origines RAYS en 18 pouces, lui vont à ravir, elles sont bien calées dans le passage de roues, on passe difficilement une main entre le pneu et l'aile. Elles sont bien alignées au rebord des ailes bombées. Cette voiture n'a pas un coup carrosserie ni rayure, comme j'aime !
L'intérieur est à dominante gris, sièges en cuir un peu usé, console centrale repeinte en noir brillant, compteurs en miles et km/h.
Les sièges semi baquets ne maintiennent pas très bien, ils glissent. La position de conduite est plutôt basse avec un léger aperçu du long capot.
Un écran central tactile gps et bluetooth a été rajouté, ainsi qu'une meilleure sono avec caisson de basses JBL, c'est chouette pour une voiture de 2003, elle est remise au goût du jour. Le volant est grand et assez banal, pas très sportif.
La clim est présente et souffle bien, l'équipement est suffisant, on a même 3 manomètres au centre du tableau de bord, qui indiquent respectivement de gauche à droite, la consommation (sur mini ordi de bord digital, kms parcourus etc), la pression d'huile, et le voltage de la batterie. Les autres manomètres rajoutés à gauche du pare brise sont faux. Pas de banquette arrière, c'est une stricte 2 places, il y a juste une boite à gants !. Le coffre en revanche est correct pour un roadster, on peut y ranger pas mal de sacs.

SENSATIONS AU VOLANT

Au démarrage de la bête, on entend bien le son du V6, bien sourd, bien grave et rageur quand on monte le régime moteur (en revanche, d'origine, la sonorité est trop feutrée).
Chaque accélération se transforme en poussée rageuse, le moteur tire la lourde bête en hurlant..
La prise en main du volant est bonne mais il n'est pas du tout qualitatif, du bon plastique et un diamètre bien trop grand !
En accélérant, c'est linéaire, on attend que ça monte, heureusement qu'il y a un son moteur sympa. Au volant on a l'impression de conduire un véhicule louuuuuuurd, et c'est bien le cas. Ce 350Z pèse quand même aux alentours de 1635 kilos ! (sans personne dedans)
Dans les virages, il faut doser correctement l'accélération pour ne pas se retrouver les fesses devant !
Une propulsion de ce calibre ne pardonne pas le pilote en herbe, surtout avec des pneus bons marché (ici des Achilles ... nuls).
En ligne droite, la tenue de cap est bonne, pas de direction faiblarde comme sur beaucoup de roadster. Le chassis est rigide. Même en virages serrés sur petite route, on peut s'amuser.
Le passager en prend plein le dos, la position du siège et le dossier sont inconfortables, pour quelqu'un qui a des problèmes de dos. Ma femme tenait 10 minutes et souffrait le martyre.
La boite de vitesses au débattement court est très bonne, les rapports passent fermement, un régal.
A chaque passage de rapport, le V6 reprend bien, l'aiguille monte ... monte, la force tranquille.

Pour conclure, je suis satisfait de la sensation de conduite, même si ces pneus Achilles font peur, on arrive à drifter sur route sèche, en ligne droite, en écrasant le champignon en 3ème vitesse ! Ca glisse ... et ça ne vient pas du couple de la voiture mais bien des mauvais pneus !. Pour la sportivité je ne suis pas convaincu, poids qui se ressent trop, envolée dans les tours fainéante. Par contre, bonne sonorité, le v6 chante bien, surtout avec des échappements inox, le chassis quand à lui est rigide pour une décapotable !
Pour une utilisation au quotidien, ce bolide n'est pas pratique et voyant ... c'est donc à vos risques et périls. Je pense au vol, jalousies de parking, rayures.

A mon sens, c'est un véhicule exclusif à utiliser le week-end, pour se faire plaisir.

PERFORMANCES

Des performances de petite gti de 200ch ! Le 0 à 100 en 6.4s est certes convenable, mais quand on cherche à effectuer des reprises, par exemple de 80 à 180, c'est catastrophique (+ de 18s), quand au 100 à 200 il dépasse les 22 secondes.

Et pire ... quand on veut doubler il faut être dans les tours, sinon inutile de penser à écraser à fond à bas régime, le face à face serait inévitable !
Mauvaises performances par rapport aux véhicules V6 sportifs de même puissance sur le marché.

On ne s'attardera donc pas trop à le comparer à des plus petits modèles, ça nous ferait de la peine :
20.8 - Mini Cooper S works (2004) - 200ch
21.0 - Mazda RX-8 RS - 231ch
23.0 - Honda Civic Type-R (2007) - 201ch


La vitesse de pointe est de 250 km/h.
La consommation est de 15l en se faisant plaisir de temps en temps, 12l en roulant cool et largement au delà de 20l / 100kms si on conduit sportivement.

COÛT D'ENTRETIEN

Si on fait entretenir chez Nissan, les tarifs sont les suivants :
Vidange, entretien classique : 300€
Plus gros entretien : 800€ (sondes lambda, purges freins etc)
Vidange boite et pont : 270€

Un embrayage et volant moteur à prévoir tous les 60000 kms en moyenne (on peut faire le double suivant la conduite) : 2400€
La distribution est à chaîne, pas de soucis donc. Par contre attention aux poussoirs mécaniques qui prennent du jeu sur les phases 1, ça cliquette sec ! C'était mon cas. Et il y en a pour 4000€ en concession ...
Des pneus : Environ 900€ pour du Michelin en 19 pouces, monte homologuée.

L'assurance me coûtait 1000€ / an chez la GMF en tous risques.

MA VIDEO (sonorité moteur)

IMPRESSIONS

LES +
- Gueule d'enfer !
- Sonorité du moteur
- Véhicule rare en côte montante

LES -
- Coûteux d'entretien
- Coûteux d'assurance
- Coûteux en essence
- Performances médiocres vu le nombre de chevaux et ce que ça coûte !
- Trop lourd, ça se ressent

NOTE GENERALE


Faut t'il acheter cette voiture ?

Actuellement entre 14000€ et 20000€ sur le marché de l'occasion (2020), c'est un bon roadster pour se balader cheveux au vent. Le prix pour le plaisir procuré, en vaut la chandelle.
Alors même si je ne suis pas du tout convaincu par ses performances, la réponse est OUI, pour un modèle phase 2 bien entretenu avec un échappement lui délivrant toutes ses vocalises.


Moteur :
12 / 20

Chassis :
14 / 20

Intérieur :
10 / 20

Esthétique :
19 / 20

Sensations au volant :
14 / 20

Résultat :
13.8 / 20

LE TESTEUR

Autokisscool (41 ans) / Achat de cette 350Z roadster à 39 ans
Il baigne dans une ambiance GTi depuis qu'il est né et a eu des dizaines de sportives.
Passionné d'automobiles, il est pointilleux sur les détails de chaque modèle.
Il adore optimiser les flux d'air d'admission.
Sa devise : Qui va loin ménage sa monture.

< Retour aux articles   ||   Voir + de photos >